En 2012, un groupe de mères de famille décidait de partir en pèlerinage à Cotignac. Depuis, chaque année, nous marchons sur les routes de Cotignac (week-end de juin, 3 semaines avant le 1er week-end de juillet).

 

Contact : Vinciane Debrosse vindeb@hotmail.fr 

 

Et également, Julie Ribereau-Gayon et Clara d’Orsay.

 

 

 

 

 

 

 

Bref historique du pèlerinage

 

Notre Dame de Grâces : Le 10 août 1519, Notre Dame 

portant Jésus Enfant, apparaît à un bûcheron, elle lui 

communique le message suivant :

 

«Je suis la Vierge Marie, allez dire au clergé et aux consuls de Cotignac de me bâtir ici même une église, sous le vocable de Notre Dame de Grâces; qu’on y vienne en procession pour recevoir les dons que je veux y répandre. »

 

Ce qui fût fait.

 

La renommée du pèlerinage grandit très vite, au point que Louis XIII et Anne d’Autriche vinrent supplier Notre Dame à Cotignac de leur donner un fils, et furent exaucés d’où le prénom de Louis XIV » Louis Dieudonné ». Louis XIII plein de reconnaissance consacra le royaume de France à Notre Dame, c’est le fameux « vœu de Louis XIII »

 

Saint Joseph du Bessillon : Le 7 juin 1661 sur la colline qui prolonge à l’ouest le sanctuaire, Saint Joseph 

apparaissait à un berger épuisé et assoiffé. Il lui dit: «Je suis Joseph, soulève cette pierre et tu boiras » depuis une source coule en abondance, une chapelle y fut construite et le 12 mars 1661, Louis XIV décidait que la fête de St Joseph serait célébrée dans tout le Royaume et chômée.

 

Aujourd’hui, c’est à un renouveau du pèlerinage qu’on assiste, en ce lieu unique au monde où Jésus 

 

Enfant, Marie et Joseph sont tous trois apparus. www.nd-de-graces.com

 

Qu'est-ce qu'un pèlerin ?

 

C'est d'abord celui qui consent à sortir de sa maison pour se mettre en route, c'est à dire sortir de 

 

ses habitudes, de son confort, de tout ce qui fait la douceur (ou l'apathie) de la vie quotidienne. Au 

 

point de départ il y a donc un certain renoncement et c'est déjà l'Evangile.

 

C'est l'Evangile vécu pour soi avant d'aller l'annoncer aux autres.

 

C'est aussi le dépouillement.

 

Celui qui doit se mettre en route n'emporte pas de bagage inutile. Il faut laisser à la maison son maquillage, son robot multifonctions et son poste de télé... Le sac qui pèse trop lourd sur les épaules ralentit la marche. La route est une leçon d'humilité et de simplicité. 

 

C'est une leçon encore de vérité. On ne triche pas avec la route. Elle est devant le pèlerin avec toutes ses exigences : le soleil ou la pluie, le chaud et le froid; les montées abruptes et les descentes rapides; tout ce qui exige attention, courage, maîtrise de soi. La route est donc avant tout une rude école pour le pèlerin.

 

C'est une ascèse. 

 

La route est encore une école de prière. Le dépouillement purifie l'âme et la rend apte à recevoir. 

 

La vision de Dieu n'est perceptible que par un cœur pur. Vision de Dieu dans ses œuvres, dans les 

 

signes édifiés par les hommes, dans les cœurs des pauvres rencontrés. Le pèlerin chemine toujours 

 

vers un haut lieu. Haut lieu du souvenir, haut lieu de la prière. Il a conscience de mettre ses pas 

 

dans les pas de milliers d'hommes et de femmes qui l'ont précédé, en quête d'un même souffle 

 

régénérateur, d'une même foi, d'un même message.

 

Ce message doit transformer intérieurement le pèlerin, mais on n'est jamais pèlerin tout 

 

seul ni pour soi seul. Chaque pèlerin est toujours l'Eglise en marche. Quel qu'il soit, où qu'il soit, 

 

il demeure un témoin. Nous devons toucher du doigt l'importance et la nécessité du pèlerinage. 

 

Certes, le premier bénéficiaire est le pèlerin lui-même. Ecole d'ascèse, école de vérité, école de 

 

prière, la route devient une école de foi. C'est la foi qui rentre par les sens éveillés, par les pieds 

 

et par le cœur.

 

Le pèlerinage ne saurait être un voyage touristique. Il se prépare spirituellement, il 

 

exige effort et sacrifice.

 

 

 

La foi pénètre lentement l'esprit au rythme lent des pas, par les formules 

 

maintes fois répétées, toujours les mêmes, mais toujours remplies de sens et plus intimes. On peut 

 

méditer à l'infini toutes ces formules brèves et chargées de la grâce de Dieu redites par des milliers 

 

et des milliers de lèvres, mais toujours neuves, parce qu'elles sont des mots d'amour.

. Le lundi : 15h-16h à l’oratoire :

  Fraternité de prière

  (excepté le 11 novembre)

· Le mardi : 17h-22h à la chapelle :

  Adoration du Saint Sacrement

· Le jeudi : 17h-19h30 dans l’église

  écoute et confession

 

· Le vendredi : 7h dans la chapelle :

  messe de l’aurore

· Le samedi : 17h45 à la chapelle :

  Chapelet

..................................................

VENDREDI 15 NOVEMBRE :

· 19h30-20h30 à la chapelle : 

  veillée de louanges

  pour les jeunes de 13 à 17 ans

DIMANCHE 17 NOVEMBRE : 3ème Journée Mondiale des Pauvres

· Quête pour le Secours Catholique

· 12h en salle 1 : « Table Ouverte »

· 16h dans l’église : Concert 

LUNDI 18 NOVEMBRE :

· 20h45 en salle 2 : prépa messes des 23 et 24 novembre 

· 20h30 en salle 7 : Partage sur « L’Evangile de Saint Jean »

 

MARDI 19 NOVEMBRE :

· 14h30 en salle 1 : « Club Tricot »

 

JEUDI 21 NOVEMBRE :

· 20h45 dans le Hall : « les parents (re)font leur KT ».

DIMANCHE 24 NOVEMBRE :

· 16h dans l’église :

  Concert d’orgue

SAMEDI 30 NOVEMBRE (16h) : Rassemblement paroissial